Knish ou Mike McD?

Publié le par jeeby2

Voila déjà un petit temps que je ne vous avais plus fait part d'un article sympa trouvé sur le net.

Ce soir avis au fan du film "Rounders" (Les joueurs), et si vous n'êtes pas fan, tout joueur de poker qui se respecte doit avoir vu ce film au moins une fois.

Pokernews nous livre une analyse intéressante du personnage principal joué par Matt Damon: Mike McD mais surtout de son fidèle ami: Knish interprété par John Turturro.

A l'heure où l'argent, les strass et la gloire sont de plus en plus présents dans le monde du poker, beaucoup de joueurs restent dans l'ombre, toujours fidèles à eux même dans la limite de leur bankroll, pas riches à millions mais jamais broke non plus.

Alors plutôt Knish ou Mike McD?

Le personnage de Joey Knish dans le film "Les Joueurs", incarné par John Turturro, est devenu une sorte d'archétype du joueur de poker professionnel. Le physique de Knish donne une image un peu déprimante de la vie d'un joueur pro – l'air débraillé, avec une barbe de trois jours et des cernes noirs sous les yeux, sans parler d'une légère claudication due à des problèmes de dos persistants. Mais, mis à part le fait qu'il ressemble plus à un zombie sous substance qu'à un dieu du poker, Knish exerce une influence positive sur le protagoniste principal du film, Mike McDermott, interprété par Matt Damon. En tant que mentor de Mike McD, ses quelques conseils remplis de sagesse viennent trouer d'autant de traits lumineux l'ambiance sombre qui entoure le poker "underground" décrit dans le film.

Knish a en fait de faux airs de Socrate. Dans la philosophie grecque classique, Socrate est l'un des rationalistes de l'école de pensée "connais-toi toi-même". Socrate croit fermement que vous devez d'abord vous comprendre vous-même avant d'espérer comprendre le monde qui vous entoure. Knish se connaît et connaît sa place dans le monde du poker. Joe Knish exploite un système qui lui a permis d'éviter d'avoir à se trouver un "vrai boulot" depuis maintenant plus de deux décennies. Il n'est pas facile de parvenir à aligner les mois positifs en dépit des efforts mêlés de la variance et des commissions du casino. C'est pourtant ce que Knish fait au quotidien.

"Je ne joue pas pour le simple p****** de plaisir de gagner. J'ai un loyer à payer, un frigo à remplir et des enfants à élever. Je joue pour l'argent. Mes enfants mangent à leur faim."

Knish se contente de boxer dans sa catégorie. Il sait quels adversaires éviter et quels sont ceux qu'il convient de rançonner. Knish saurait se défendre contre les requins des tables "High Stakes" mais à quoi bon ? Knish est un réaliste qui ne s'est jamais laissé attraper au miroir aux alouettes des World Series of Poker. Pour avoir lui-même dû remiser ses rêves de gloire et de fortune, il sait à quels points ils peuvent être attirants et c'est la raison pour laquelle il met en garde Mike McD face aux dangers qui le guettent.

Mais Mike McD est allé voir Teddy KGB pour participer à une grosse partie avec 30.000$ de cave. Knish savait ce qui allait arriver avant même que Mike McD ait eu le temps de jouer la première main. Il avait pourtant essayé d'enrayer le massacre.

"Ils vont te bouffer et ta bankroll avec" avait-il lancé à Mike McD pour le dissuader de prendre une funeste décision.

Ce que Knish ne savait pas, cependant, c'est que quelques semaines plus tôt, Mike McD avait réussi à faire passer Johnny Chan grâce à un move osé à une table 300$/$600$ d'Atlantic City. Mike McD avait déjà une grosse confiance en ses capacités pokéristiques avant cet épisode, mais sa rencontre avec Chan au Taj a été pour lui une confirmation. Après avoir bluffé Chan, Mike McD était désormais convaincu d'avoir l'adresse et les couilles nécessaires pour affronter les meilleurs pros de Vegas. Surfant sur cette énorme vague de confiance, l'étape suivante dans le plan de Mike McD était tout naturellement d'aller dévaliser le "big game", dans l'antre de Teddy KGB.

Et en dépit des conseils de Knish, l'encourageant à aller s'asseoir à des tables "battables" (au Queens, au 10$/20$ du Chesterfield ou au Goulash joint de la 79ème Rue), Mike McD s'entêta. Il avait une mission. Knish aurait peut-être pu se montrer plus convaincant mais il savait bien que le gamin avait besoin de faire ses propres expériences -- il faut se brûler les ailes au moins une fois pour vraiment retenir une leçon.

Une sélection de mains conservatrice et une gestion de bankroll rigoureuse sont les armes que Knish s'est choisies. Mike McD avait tout d'abord adhéré à cette philosophie du "grinder" et cela lui avait d'ailleurs permis de se monter une première bankroll. Il avait même payé la moitié de ses études -- un bon investissement pour le futur -- avec ses premiers gains au poker. Toutefois, jouer comme une serrure pouvant se révéler rapidement ennuyeux, Mike McD a fini par attraper la fièvre du flambeur. Ce n'est peut-être pas le panache qui paie les factures mais vous ne remporterez jamais un pot à six chiffres en jouant à des limites modestes.

Mike McD a donc effectué une tentative en "High Stakes" et il s'est horriblement planté. Sa bankroll décimée, Knish l'a aidé à se remettre sur pieds. Lui aussi a pris des coups tout au long de sa carrière et il savait que le meilleur moyen d'éteindre la douleur et la frustration consistait à endormir les sens, raison pour laquelle il lui a offert un joint de marijuana. Lorsque Mike McD l'a envoyé ballader, Knish a cherché d'autres moyens de consoler son ami.

"Laisse moi te stacker", a proposé Knish.

Au lieu d'accepter de se laisser financer jusqu'à ce que son horizon financier se dégage, Mike McD a préféré arrêter le poker et reprendre une vie rangée. Toujours grâce à Knish, il a obtenu un boulot de livreur.

La philosophie de Mike McD devient évidente vers la fin du film, lorsque résonnent ces paroles - "Les potes avant les meufs. Tricher est déshonorant. La législation est une vaste blague. Bosser, c'est bon pour les idiots. Et "grinder", c'est bon pour les losers. Faites gaffe à la mafia russe. Et, pour gagner gros, vous devez être prêt à perdre gros."

Lorsque McD s'est remis au poker, son nouveau code de conduite est rentré en opposition flagrante avec les mantras ressassés par Knish. McD lui a demandé de le financer, afin de pouvoir éponger les dettes de Worm (joué par Edward Norton). Mais Knish a refusé tout net. Aider McD à trouver du boulot est une chose. Mais lui filer du blé pour alimenter ses failles personnelles en est une autre (parce que, soyons honnêtes, sa loyauté envers un raté congénital comme Worm lui a déjà coûté très cher). Comme un père sachant se montrer dur par amour, Knish dit simplement à Mike McD :

"Si je te donne cet argent, c'est comme si je le jetais par la fenêtre".

Parfois, le personnage de Knish n'est pas compris et chambré sans raisons valables. Comparer quelqu'un à Knish, c'est le faire passer pour un tiède, qui ne gagnera jamais gros. Il y a plein de forums Internet sur lesquels Knish est dénigré - "Knish est un gros fish dans un petit aquarium".

En vérité, Joey Knish est de loin le personnage le plus sensé et le plus estimable de tous ceux qui gravitent atour du petit monde de Mike McD. Quoi qu'il en soit, si vous faites aujourd'hui un petit sondage autour de vous, en demandant à qui les joueurs de poker auraient envie de ressembler, entre Mike McD et Joey Knish – pratiquement tous vous diront que la vie de Knish est le choix le plus raisonnable et sensé, mais qu'ils préféreraient quand même être Mike McD.

Chaque année, des milliers de Mike McD se construisent une bankroll dans des parties privées, des casinos locaux ou sur Internet, dans le seul but de passer l'été à Las Vegas et de participer aux World Series of Poker. C'est un style de vie plus excitant que de rester à la maison comme Joey Knish et d'"accumuler péniblement, jusqu'à en avoir le p***** de cul tanné".

La bankroll de Joey Knish ne se compte peut-être pas en millions de dollars mais il ne fait jamais faillite et il a toujours plus d'argent sur son compte à la fin du mois qu'au début. Vous savez pourquoi?

"[Parce que] j'ai suffisamment de noisettes pour ne pas avoir à partir en chasse".

Source: Pokernews

Commenter cet article

mehden 01/11/2009 14:12


Plus que super cet article.
Fish ou pas ,j'ai tjr trouvé le personnage de Joey attachant et j'irais même à pensé que c'est le genre de copain que tout joueur devrais avoir....afin de nous remettre sur le droit chemin si par
exces de confiance ou autre, on en viendrai à vouloir prendre un risque démesurer qui pourrait nous faire regretter de faire un hors piste fatal.
Il y aurai un 2éme opus de prévu?? déjà c'est une bonne nouvelle:-)


jeeby2 27/10/2009 20:54


Bonne question Ezeki4l :)

Est-ce que le 2 sera aussi bien? C'est une autre question.


eltunisian 27/10/2009 11:18


Super article !!! Je ne me lasserai jamais de voir ce film.

J'espère que le n°2 sortira bientôt!!!


ezeki4l 27/10/2009 10:52


pourquoi ne l'appellent-ils pas McDermott (son nom dans le film) dans l'article?...

;)


aldanjah 27/10/2009 08:40


clap clap clap !
article bien travaillé, j'apprécie !